Nos analyses

PROJET DU POLE D’ECHANGES MULTIMODAL DE LYON PART-DIEU

CONCERTATION PREALABLE :

Notre Association « Urbanisme et Architecture, Echanges et Réflexion » est une association, loi 1901, dont le siège est à l’Ordre des Architectes, regroupant des professionnels de la construction et de l’aménagement, soucieux de créer un dialogue constructif avec les décideurs, lors de l’élaboration des projets touchant au cadre général du Projet Territorial et Urbain.

Nous avons donc étudié le projet d’extension de la gare de la Part-Dieu, conscients de la nécessité de son développement et de l’importance de son impact sur le développement économique de la ville et même de la région. Nous pensons utile de vous faire part de nos réflexions.

En préambule, nous tenons à vous signaler la difficulté de se procurer le dossier de concertation, distribué parcimonieusement à la Mission Part-Dieu, et difficilement lisible pour les plans, à partir des réseaux internet. C’est dommageable pour une conne concertation du citoyen de base !

La question primordiale est de savoir si le projet d’extension de la gare est seulement guidé par le constat d’une saturation actuelle de la desserte SNCF, ou si le développement prévu du quartier de la Part-Dieu nécessite la création d’un équipement collectif regroupant, au moment des ruptures de charge, des lieux de détente, de rencontre, voire d’équipements culturels, et d’informations.

La première lecture du projet donne le sentiment que l’enjeu important de cet équipement primordial n’a pas été pris en compte et que la solution proposée ne résoudra pas longtemps le développement et l’extension de ce pôle multimodal de liaison national et même international, situé au centre d’un quartier dont on souhaite presque doubler la capacité en bureaux (900.000 m² à 1.500.000 m²) en hôtels, en commerces et en logements. Toutes les liaisons en transports en commun créées dernièrement vont dans le sens d’une augmentation inéluctable du trafic ferroviaire, favorisée par la création de la voie L.

L’augmentation de la surface destinée aux voyageurs et aux différents services est obtenue par la création de couloirs Est et Ouest qui permettent un « nettoyage » du grand hall en le libérant des distributeurs en tout genre. Cette solution semble peu compatible avec la notion de HALL de Gare, lieu de passage et de rencontre qui est emblématique des grandes villes (Marseille, Lille, Avignon, Metz, Montpellier, ect…) Nous n’osons pas citer Saint-Exupéry qui souffre de l’excès inverse !

Pas de Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent

PAS DE DEVELOPPEMENT SANS MOBILITE

Article suivant

L'eurométropole de Lyon : rêve ou réalité ?

Eugene Gachon

Eugene Gachon

Président de l'association Architecture et Urbanisme, architecte DPLG.