Nos analyses

LIAISON CARNOT CHARLEMAGNE

CONSTAT DES LIEUX :

Le passage piéton actuel sous les voûtes, et en particulier la liaison « tram-métro », est une aberration urbanistique, qui va être amplifiée par le trafic induit par l’installation de la Faculté Catholique sur le site des prisons.

François Grether urbaniste, a lui-même reconnu que sa mission s’arrêtait à la façade sud de la gare de Perrache, à l’autoroute, à l’exclusion du Cours Charlemagne et du futur musée, avec une orientation voulue par Gérard Colomb de favoriser une liaison Gerland Confluent, au détriment d’une continuité Nord Sud de la presqu’île. (Difficile de contredire quand on vous confie une mission sur Gerland !)
Lyon se prétendant ville internationale et classée patrimoine de l’humanité, peut-elle continuer d’offrir à ses nombreux touristes, en prolongation de la visite de son centre historique, une traversée aussi sordide pour accéder à son nouveau quartier de Confluence ?
NOS REACTIONS : Depuis longtemps les lyonnais sont opposés au complexe de Perrache et beaucoup d’élus ont laissé croire qu’il était possible de le supprimer, en oubliant tous les éléments fonctionnels indispensables contenus dans ce volume : liaison taxis, cars, trams, métros, parkings, commerces etc.

Dès avril 2006, notre groupe a fait paraitre un article dans « Le Progrès » formulant des réserves, en particulier sur les problèmes de desserte et sur la conservation aberrante du verrou de Perrache.

  • Janvier 2007 rencontre avec Gilles Buna, adjoint à l’Urbanisme.
  • Mai 2007, Charles Curtelin établit un schéma d’aménagement qui est montré aux responsables lyonnais de la SNCF.
  • Novembre 2007, réunion avec M. Gallet, directeur de la SEM. Et présentation de notre idée avec projection, suscitant une réaction négative.
  • Juin 2008, parution dans « Le Progrès » de l’esquisse de Charles Curtelin, et exposition aux Archives Municipales, des projets de fin d’études des élèves de l’Ecole d’Architecture de Lyon, sur la liaison Carnot Charlemagne. La plupart des projets reprenant d’ailleurs nos idées de principe.
  • Mars 2009, réunion à Paris avec J.M. Duthilleul, architecte en chef de la S.N.C.F pour lui présenter les études de Charles Curtelin. Intéressé mais peu engagé pour une décision concrète. (Il est vrai que les gares de Pékin et Shanghai présentent plus d’intérêt !)
  • Avril 2009, parution d’un artile dans « Lyon capitale », envoi de nos diverses réactions à M. Le Maire.
  • Mai et Novembre 2009, rencontre avec MM. Broliquier et de Carbonnieres avec Charles Delfante.
  • Mars 2010, visite de l’exposition Confluence avec François Bregnac, directeuradjoint de l’Atelier d’Urbanisme.
  • Juin 2010, réunion avec Michel Havard, député du Rhône.
  • Juillet 2010. Enfin ! L’atelier Ruelle est chargé de l’étude du passage sous le Centre d’Echanges et la gare de Perrache. Après examen du projet qui ne nous semble pas résoudre tous les problèmes, nous rencontrons le 20 avril 2011 Gérard Penot à qui nous faisons part de nos remarques.

OBJECTIFS PRIMORDIAUX :

  • assurer un passage agréable aux piétons entre Carnot et Charlemagne
  • simplifier l’accès à la gare
  • trouver un circuit simple pour les véhicules automobiles
  • permettre un échange « décent » entre métro et tram
  • fournir aux taxis et employés S.N.C.F un stationnement pratique
  • trouver un accès facile aux voitures de location et à auto train
  • augmenter le nombre des parkings avec un accès direct
  • développer les services commerciaux et remplacer ceux supprimés
  • recréer un espace vert pour l’accès à la gare et l’Hôtel Château Perrache

PROPOSITIONS :

  • suppression de la passerelle
  • passage piétons : A partir de la place Carnot, utilisation du parking actuel dans le Centre d’Echanges côté Rhône avec installation de boutiques à l’est.
    Suppression des deux rampes et construction d’un bâtiment entre le centre et la gare, comprenant :

    • Une circulation avec boutiques au rez-de-chaussée, côté Rhône, un niveau accueillant les taxis, les voitures de location et l’accès auto-train côté Saône.
    • Un jardin au niveau voies ferrées avec accès direct à la gare.
    • Des parkings sur 6 niveaux.
    • Un large passage sous les voies, côté Rhône à côté du passage souterrain existant, qui débouche sur la place des Archives, à proximité de la Faculté Catholique.
  • circulation véhicules : Inchangée mais libérée du cheminement piétonnier.

REALISATIONS :

Seul le passage piétons demande des travaux relativement importants, pour créer une circulation sous les voies. En effet, l’accès sous le Centre utilise le parking existant et le bâtiment situé à l’emplacement des rampes peut être construit en deux tranches avant la démolition de la passerelle.

La difficulté de construire sous les voies existe mais est relative, car les fondations de la structure existante sont plus basses que le niveau du passage à créer. L’utilisation d’un tunnelier classique peut être envisagée.

CONCLUSION :

L’intérêt majeur de cette liaison pour la réussite de Confluence et l’accès aux niveaux locaux de la Faculté Catholique exige un projet prenant en compte tous les facteurs de réussite, les problèmes financiers devant être rapportés aux nombres de personnes utilisant chaque jour ce passage, et au développement prévu du transport ferroviaire.

05-03-2013 – Charles Curtelin

Pas de Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent

Le prix des « bouchons lyonnais »

Article suivant

PAS DE DEVELOPPEMENT SANS MOBILITE

Archiurba

Archiurba

Comité de rédaction Archi-Urba