Nos billets d'humeur

LE PLAN D’URBANISME DE LYON – CONFLUENCE

On peut toujours formuler une masse de critiques sur un plan d’urbanisme car chacun le juge en fonction de ses propres préoccupations ou intérêts.

Pour ma part, j’en reste aux critiques que j’ai exprimées dès les premiers projets, peut-être trop imprégné par les idées que nous avions au début des années 60 lorsque nous imaginions que la presqu’île pourrait accueillir le Centre Directionnel que nous tentions d’implanter : le site était idéal car il prolongeait le centre presqu’île. Hélas, les projets en cours et surtout les impossibilités foncières ont contraint les élus à choisir la Part-Dieu.

Dans sa version « projet d’ensemble à long terme », le plan proposé manque d’envergure, d’audace et n’est pas digne d’une ville qui se veut « Métropole Européenne » : pas de lieu de convergence, pas de lieu de rencontre qui soit symbolique. Il aurait fallu une « petite place Bellecour » ou quelque chose d’équivalent. Il n’a pas de perspective, etc… Rien qui puisse faire penser à un prolongement du centre.

J’irais plus loin et je dirais qu’il n’y a pas de parti d’urbanisme : l’expérience de la Part-Dieu n’aura servi à rien (il est vrai qu’en matière d’urbanisme, on a tendance à oublier l’histoire) : nous sommes en présence d’un lotissement où chaque propriétaire sera maître de l’avenir, tout paraît morcelé, haché.

Il y a beaucoup à dire… En particulier sur l’absence d’un véritable urbaniste en chef qui fasse respecter les objectifs, s’il y en a, assure le suivi, la coordination et oriente les projets publics et privés.

Au-delà, n’aurait-on pu imaginer des liaisons avec les quartiers voisins, une utilisation des voûtes (comme cela a été fait ailleurs) et ne pas oublier la reconquête des berges du Rhône chère (à très juste titre) à notre Maire.

Charles Delfante

Pas de Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent

COMPRENDRE SA VILLE POUR MIEUX LA VIVRE ET S’Y EPANOUIR

Article suivant

LYON CONFLUENCE

Archiurba

Archiurba

Comité de rédaction Archi-Urba